Comment prévenir le harcèlement scolaire ?

Les chamailleries et brouilles de cour de récréation sont fréquentes dans tous les établissements scolaires. Personne n’y peut rien, c’est dans la nature de l’être humain de se « prendre la tête » avec son prochain, et il faut croire que cette prédisposition démarre de bonne heure. Mais quand un des élèves sert de souffre-douleur à un élément perturbateur, où qu’il est constamment pris à partie par un groupe le rabaissant sans arrêt, la situation devient alarmante parce qu’il est question d’un point des plus néfaste : le harcèlement. Et dans ce cas, il est important de le stopper. Mais le mieux reste de prévenir ce harcèlement scolaire. Comment faire ? On vous donne quelques pistes utiles.

Le harcèlement en question

Si ce n’est pas qu’une problématique infantile, parce qu’elle touche aussi le monde des adultes dans des cas plus professionnels, la question du harcèlement scolaire n’en est pas moins un fait de société des plus sombres. Du reste, l’état s’est largement penché sur ce dramatique sujet ces dernières années, et plusieurs protocoles de sécurité et de sûreté ont été mis en place. Car le harcèlement scolaire a pris une vertigineuse ampleur ces 20 dernières années, devenant une priorité pour les directeurs d’établissements et leurs enseignants. Trop d’enfants et d’adolescents en ayant fait les frais, en tombant dans de graves dépressions, voir même en se suicidant. Ces situations dramatiques où le harcèlement désocialise le jeune jusqu’à un renfermement sur lui-même, où l’angoisse lui serre le ventre chaque jour un peu plus, et où la solitude et le doute de soi prenne le pas sur l’avenir, n’est aujourd’hui plus concevable et les éléments perturbateurs ainsi que leurs parents peuvent être gravement sanctionnés par l’administration.

Comment prévenir et stopper toute forme de harcèlement ?

Pour les spécialistes en psychologie, le sort des élèves subissant un harcèlement de la part d’un ou plusieurs camarades est en danger. Car la plupart d’entre eux souffrent de troubles de stress post-traumatiques. Heureusement, il existe donc aujourd’hui des protocoles à pratiquer en amont de cette relation victime-agresseur, et ce, dans tous les établissements scolaires. Aussi, 5 points très importants ont été mis en place pour éradiquer le harcèlement scolaire. En voici un bref aperçu :

1/ Décoder au plus tôt les émotions

L’un des problèmes de base est la gestion des émotions. Problème récurrent chez les adultes, il n’en est pas moins conséquent chez les enfants. Car si l’on ne canalise pas nos propres émotions, on ne peut donc pas comprendre les émotions des autres, et c’est donc là le début de la problématique. C’est pourquoi est installé très tôt dans les maternelles cet apprentissage, de sorte que les élèves soient le plus tôt possible incités à discuter de leurs ressentis. De sorte aussi qu’une victime ait tout de suite le réflexe de relater à quiconque ce que l’on vient de lui faire subir.

2/ Apprendre l’estime de soi

D’après les spécialistes en psychologie, les enfants victimes de harcèlement tout comme leur agresseur ont une estime d’eux-mêmes des plus réduites, et c’est bien là qu’est le problème. C’est pourquoi a été mis en place le programme nommé « éducation bienveillante », qui permet aux enfants de mieux assimiler les notions de base que sont le respect et le dialogue. Ce nouveau programme sert d’encadrement aux élèves dans le besoin, et d’autant plus aux éléments perturbateurs qui pourraient devenir « harceleurs ».

3/ Donner aux autres avec empathie

D’après de récentes statistiques, il y aurait autant de victimes que de harceleurs, et pas moins de 4 à 5 témoins pour une situation de harcèlement scolaire. Pour que chacun d’eux puisse se sortir de cette impasse inacceptable, les psychiatres font appel à l’empathie, et ce dès le plus jeune âge. Cet état d’esprit qui consiste à semer le bien autour de soi, s’il est transmis dès l’enfance, ne pourra en effet qu’être bénéfique.

4/ Contrôler le cyberharcèlement

De nos jours, une bonne partie des harcèlements se déroule via internet et les réseaux sociaux. Appelées « cyberharcèlements », ces pratiques sournoises, car il est bien facile d’insulter et bousculer émotionnellement une personne de derrière son écran d’ordinateur, ne sont que le prolongement logique des situations de harcèlement vécues dans les cours de récréation. C’est donc aux parents et aux maîtres de classe d’être encore une fois vigilants, et cette fois-ci, avec l’utilisation d’internet par l’enfant.

5/ Des ateliers confiance

Dernière initiative mise en place dans les établissements scolaires avec l’aide de médecins psychologues, ces ateliers ont été créés pour redonner confiance à l’enfant. Et c’est au cours de ces derniers que l’on va apprendre à l’enfant à dire « Non », à s’affirmer lors de situations de rabaissement, ou enfin à pouvoir signaler à une personne concernée qu’il, ou qu’un de ses camarades, est en situation de danger.