Le trauma post divorce

L’amour a beau être le plus beau et intense des ressentis émotionnels, il ne dure en général jamais éternellement. Lassitude, trop d’habitudes ou des changements physiques et intellectuels impromptus font qu’à la longue le sentiment amoureux s’estompe, alors qu’au départ il fut brûlant comme la flamme. Alors, triste et amer constat d’échec pour la plupart des couples, qu’ils soient mariés ou bien qu’ils aient donné naissance à un ou plusieurs enfants. Car cette relation amoureuse qui, dès le premier jour, offraient des ailes pour tout conquérir en ce bas monde, se finit souvent en débâcle au tribunal, où la justice prononce un divorce. Et l’amour d’antan devient traumatisme.

L’épreuve d’une séparation

Même s’il y a bien quelques cas où les deux parties sont sur le même terrain d’entente quant à une séparation à l’amiable, cela se fait malheureusement très rare. Les conséquences d’une séparation d’un couple qui partageait quasiment tout dans leur vie commune peuvent donc s’avérer catastrophiques dans énormément de cas. Cette déchirure n’est pas sans émotion et elle peut provoquer de graves troubles psychologiques pour les deux parties concernées.

Alors, bien sûr, la personne qui souhaite et réclame la prononciation de la rupture par la justice en souffrira moins que celui ou celle qui reste sur la touche, ne sachant que faire pour accepter cette décision qui ressemble en tous points à une trahison. Mais les symptômes résultant de cette séparation seront à peu près les mêmes pour les deux personnes concernées, à divers niveaux de ressenti, et il n’est pas rare qu’il y ait apparition de troubles de stress post-traumatiques suite aux évènements que l’on peut qualifier de dramatiques.

Symptômes résultants d’un divorce

La séparation d’un couple est donc un sujet très sensible, et un vrai challenge à accomplir pour qu’elle se passe dans des conditions « à peu près » sereines et surtout sans heurts. Malheureusement, dans la plupart des cas, le sentiment de haine prend le dessus et les brouilles à répétition s’enchaînent dans une cacophonie amenant forcément des symptômes de détresse psychologique, d’autant plus si le sort d’enfants communs est en jeu.

Du reste, les cas de divorce sont recensés pour être ceux qui amènent le plus de dégâts psychologiques. Parmi ceux-ci, on trouve bien évidemment le stress et l’angoisse, mais aussi des symptômes peu anodins comme la paranoïa, le sentiment d’isolement, l’irritabilité et l’agressivité, le sentiment d’être fautif et donc le rabaissement de soi, les insomnies répétées, la mauvaise humeur constante, l’alcoolisme ou la dépendance à des produits stupéfiants dans certains cas, et les tendances morbides et suicidaires dans des cas plus extrêmes. Tous ces symptômes ne sont pas sans dangers physiques et mentaux pour la personne qui va les subir, et amènent dans beaucoup de cas au trouble de stress post-traumatique.

Le cas du traumatisme en question

La plupart des cas de traumatisme, qu’ils soient d’ordre psychique ou psychologique, sont des dommages ou des chocs émotionnels faisant suite à des blessures physiques et/ou mentales ayant des conséquences graves et brutales sur la personne concernée.

On les appelle aussi séquelles traumatiques, et elles peuvent apparaitre tout à fait inconsciemment chez une personne ayant un fort caractère, se croyant à l’abri de tous problèmes émotionnels.

Dans certains cas, un traumatisme peut amener à un trouble de stress post-traumatique, ce qui est bien évidemment sa continuité, et qui peut s’avérer grave et long à soigner s’il n’est pas pris en charge assez tôt. Le trouble de stress post-traumatique est jugé sévère par les spécialistes, car il amène chez la personne une anxiété si grave et prononcée qu’elle peut en pousser certaines jusqu’à l’acte irréparable du suicide.

C’est donc une réaction psychologique à un acte ou une situation où le physique et/ou le mental de la personne ont été menacés, voire violentée. Les cas de divorce pouvant être d’une extrême brutalité psychologique, ils font autant de mal intérieurement qu’une agression physique, notamment. Les personnes souffrant de trouble de stress post-traumatique montreront des signes de symptômes tels que :

  • De l’hyperactivité, pour servir de bouclier face à la peur et à l’angoisse constantes.
  • Des cauchemars à répétition, voir même d’étranges flash-back apparaissant régulièrement.
  • Une pensée négative, et une agressivité décuplée.
  • Perte de contrôle de soi, avec risque de perte d’identité totale ou partielle.
  • Envie de suicide, et pensée morbide incontrôlable.
  • Etc.

Les effets contre le traumatisme en cas de divorce

Dans des cas précis comme la séparation ou le divorce, il est important premièrement de ne pas se laisser aller en solitaire. En effet, même si cela parait plus facile à dire qu’à réaliser, il est primordial de s’entourer d’amis ou de famille, pour éviter de rester seul à broyer des idées négatives. Plusieurs amis dans vos relations ont peut-être déjà eu à vivre ce genre de situation dramatique et délicate, et ils sauront sûrement vous conseiller pour tenter de garder le moral au beau fixe.

Si un divorce peut amener de graves séquelles dans certains esprits, elles sont avant tout motivées par le fait de s’angoisser à l’idée de se retrouver seul à affronter les dures réalités de la vie au quotidien. C’est pourquoi il faut faire totale abstraction de ce fait, et réapprendre au plus vite à effectuer les choses de la vie sans votre partenaire.

Cela ne peut vous être que bénéfique pour ne pas sombrer dans de noires pensées, et pour vous éviter de passer par la case traumatisme, qui est un piège autant qu’une nouvelle prison, quand elle ne signe pas votre propre condamnation à mort. L’épreuve est certainement très douloureuse, mais elle ne doit pas vous empêcher de voir l’avenir avec positivité et pragmatisme. Et l’on sait tous qu’une fois l’orage passé, le beau temps revient éclairer les prairies, en toutes circonstances. Alors, pourquoi ne retomberiez-vous pas amoureux dans la foulée ?