Stress post-traumatique : mieux le comprendre pour mieux le traiter

C’est en fait une réaction naturelle du cerveau face à une situation très difficile qu’il ne peut pas traiter.

Plus qu’une maladie, le trouble de stress post-traumatique est une étiquette utilisée pour définir le traumatisme qu’une personne peut subir lorsqu’elle est exposée à un événement très stressant, de nature menaçante ou catastrophique, qui met en danger son intégrité physique ou émotionnelle.

Nous ne sommes pas prêts à vivre certaines expériences

Quel que soit votre tempérament, vous savez qu’il y a objectivement des événements qui peuvent déstabiliser n’importe qui et provoquer un stress post-traumatique. Les agressions sexuelles, les accidents, les attentats terroristes et les grandes catastrophes naturelles comme les inondations provoquent ce type de traumatisme chez la plupart des personnes.

Le traumatisme est une réaction du cerveau à une situation qui n’est pas normale. Aucun être humain n’est prêt à vivre des événements de cette nature et le trouble de stress post-traumatique est une façon pour notre cerveau de réagir à quelque chose qui dépasse notre capacité d’adaptation.

De plus en plus de personnes souffrent de stress post-traumatique. Actuellement, de nouvelles solutions pour apaiser l’anxiété voient le jour dont notamment celle de la prise de CBD. En effet, des sites comme www.cbd-grams.com proposent des produits à base de CBD qui pourraient réduire les symptômes provoqués par l’anxiété.

Nous ne réagissons pas tous de la même façon

Les troubles post-traumatiques provoquent généralement plusieurs types de réactions ou de réponses :

  • si nous sommes hyperactifs, il y a des réactions de fuite ou de lutte, c’est pourquoi il y a des gens qui fuient un événement traumatisant ;
  • s’il y a un blocage, il y a un choc qui nous paralyse.

Fuir ou être paralysé dépend des circuits cérébraux qui s’activent dans notre cerveau en cas d’évènement traumatisants. Dans les agressions sexuelles, beaucoup de femmes sont souvent paralysées et se sentent coupables parce qu’elles pensent qu’elles n’ont pas su réagir.

Les enfants ou les personnes les plus vulnérables ont aussi tendance à être paralysés, mais quoi qu’il en soit, c’est une réaction totalement cérébrale que nous ne pouvons pas contrôler.

Nous pouvons présenter différents symptômes

Le trouble de stress post-traumatique provoque différents symptômes caractéristiques qui peuvent durer dans le temps.

La personne revit constamment la situation traumatisante

Il est important de préciser que ce n’est pas qu’elle s’en souvienne, c’est qu’elle expérimente à nouveau les mêmes symptômes de panique ou d’anxiété. C’est parce que le cerveau n’a pas été capable de traiter ce qui s’est passé.

Cela explique que les victimes d’agressions sexuelles ont tellement de mal à témoigner devant les tribunaux pendant des années après avoir été agressées.

La mémoire qui est activée dans le traumatisme est entièrement sensorielle, et l’une des plus actives est l’odeur. C’est pourquoi beaucoup de gens qui ont vécu un accident de voiture ou de train se souviennent surtout de l’odeur, et quand ils en sentent une semblable ils revivent ces émotions.

La personne souhaite se protéger

C’est qu’après un tel événement, les personnes touchées ont tendance à éviter les stimuli qui leur rappellent les faits. Ils pensent que le monde n’est pas sûr et qu’il peut leur arriver la même chose.

C’est en fait une façon pour le cerveau d’essayer de se protéger, parce que s’il est exposé, il revit l’expérience dans toute sa dimension.

La personne se déconnecte émotionnellement

Chez certaines personnes et surtout chez les enfants, il y a une déconnexion émotionnelle ou un détachement.

Nous pouvons tous traiter les symptômes

Plus tôt le problème sera traité avec une thérapie, plus tôt les symptômes se résorberont. Vingt pour cent des personnes qui subissent un événement traumatique le revivent jusqu’à neuf ans plus tard parce qu’elles ne reçoivent pas de traitement.

C’est parce que beaucoup de personnes touchées ne se tournent pas vers le psychologue parce qu’elles pensent que ça va passer mais ce n’est pas toujours le cas.

Le but du traitement du stress post-traumatique est d’aider le cerveau à traiter ces émotions qu’il n’a pas traitées, à accélérer une digestion qu’il n’a pas faite. Il ne faut pas oublier que cette information est restée coincée quelque part dans le cerveau.

La technique la plus connue pour traiter le stress post-traumatique est l’EMDR, abréviation en anglais de désensibilisation et de retraitement par mouvement oculaire. Il consiste à stimuler les deux hémisphères du cerveau avec des mouvements oculaires, des sons ou des tapotements.

Le processus EMDR vise à ce que les hémisphères se parlent et traitent l’information pour réduire le problème émotionnel.

Il est essentiel de traiter le problème car s’il n’est pas traité correctement, il peut provoquer une dissociation, qui est le mécanisme de déconnexion émotionnelle du cerveau, ou favoriser des troubles de l’humeur comme la dépression.

Un traitement médical est donc nécessaire pour traiter le stress post-traumatique. Par ailleurs, pour apaiser les symptômes et douleurs générés par le trouble, de nombreux patients consomment des produits à base de CBD.

La substance aurait une action positive sur le système nerveux et permettrait aux consommateurs d’être plus apaisés. Cela peut être un bon complément du traitement médical classique.