Tour d’horizon du traumatisme crânien

Lorsque l’on reçoit un choc violent sur la tête, l’impact peut causer différents dommages, allant de petites lésions à de réelles fractures. L’un de ces dommages est le traumatisme crânien. Il est très dangereux, car on ne peut pas toujours le détecter à l’œil nu et on n’imagine que très rarement toutes les conséquences néfastes qu’il peut avoir. En effet, s’il n’est pas rapidement et efficacement traité, le trauma crânien peut apporter de lourds troubles psychiques et physiques.

Toutefois, s’il est rapidement détecté et que la prise en charge est à la hauteur de sa gravité, il existe des chances de rétablissement. Il existe néanmoins certains moyens pour détecter les symptômes, mais ces méthodes ne sont pas assez connues. C’est pourquoi cet article veut vous faire en apprendre plus. Ici, vous découvrirez les potentielles causes d’un trauma crânien, ses symptômes, les conséquences qu’il peut avoir et les traitements disponibles de nos jours.

Qu’est-ce qu’un traumatisme crânien ?

Le traumatisme crânien est littéralement un choc sur le crâne qui provoque, selon son intensité, des troubles au niveau de la conscience de la personne. Physiquement, le cerveau peut être atteint et subir des lésions plus ou moins graves.

On distingue trois types de traumatismes crâniens : les traumatismes légers, sans perte de connaissance ni fracture du crâne et qui n’apportent pas vraiment de séquelles, les traumatismes moyens qui peuvent engendrer des fractures du crâne, et enfin les traumatismes graves qui peuvent causer un coma ainsi que des fractures du crâne.

Quelles sont les causes d’un traumatisme crânien ?

Un traumatisme crânien peut survenir de nombreuses manières. En effet, de nombreuses circonstances peuvent l’amener. Les accidents de voiture ou de la voie publique sont les plus fréquents, mais dans le cadre professionnel ou sportif également, on peut être victime d’un traumatisme crânien. De même, il peut être causé par une agression avec violence, une mauvaise chute, un coup porté à la tête, une arme à feu, etc.

Un simple choc avec un objet lourd peut amener des lésions craniocérébrales. En outre, le traumatisme crânien est souvent associé à des traumatismes du rachis cervical tels que les entorses, les luxations ou les fractures, ainsi que du visage lorsqu’il subit des contusions, des plaies ou des fractures maxillo-faciales.

Comment déceler le traumatisme crânien au plus vite ?

Lorsque l’on est victime d’un traumatisme crânien, il n’est pas toujours évident de détecter les symptômes, d’autant plus qu’ils sont le plus souvent internes. Il faut faire très attention et aller chez un médecin pour s’assurer qu’on demeure en bonne santé après un choc. Néanmoins, il y’a des signes que l’on peut parfois remarquer soi-même. Si l’on perd connaissance et que l’on met plusieurs minutes à revenir à la normale, il faut déjà s’inquiéter. Lorsque la perte de conscience survient jusqu’à 48 h après l’accident, les chances d’avoir un traumatisme crânien sont élevées.

De plus, si ces pertes de connaissance s’accompagnent de troubles neurologiques divers tels que de la paralysie, de l’aphasie ou une dilatation excessive d’une pupille par rapport à l’autre, il faut tout de suite voir un médecin. Il peut en outre s’agir d’une contusion du tissu cérébral. Dans ce cas-là, un œdème se forme au sein de la boîte crânienne, ce qui génère de violents maux de tête, des nausées ou des vomissements.

L’un des signes les plus facilement visibles est l’épanchement de liquide céphalo-rachidien. C’est le liquide biologique transparent dans lequel baigne le cerveau. En cas de traumatisme crânien, on peut le voir s’écouler au niveau du nez ou des oreilles. En outre, il est également possible de tomber dans le coma si l’on a subi un traumatisme crânien. En effet, le choc peut être à l’origine de ruptures axonales, d’une ischémie ou encore d’un œdème qui vont « court-circuiter » le cerveau. Ce phénomène concerne une bonne moitié des traumatismes crâniens sévères.

Quelles sont les séquelles d’un traumatisme crânien ?

Si l’on ne traite pas correctement la venue d’un traumatisme, on s’expose à de nombreux risques physiologiques et psychiques. Des maux de tête chroniques et des vertiges peuvent apparaître, de même qu’un syndrome confusionnel. On peut également souffrir d’épilepsie, d’une méningite, de paralysie, de perte d’équilibre, d’une fatigue accrue ou encore d’abcès cérébraux en cas de pénétration d’un corps étranger dans le cerveau, si on retrouve des débris osseux ou s’il y a fracture du crâne avec enfoncement.

En outre, des atteintes neurosensorielles, telles que la perte de l’ouïe ou de l’odorat, peuvent survenir. De même, certaines fonctions intellectuelles et psychiques peuvent être détériorées. Par exemple, la concentration et la compréhension peuvent être altérées, on peut subir des troubles de la mémoire ou des difficultés d’élocution. La personne qui a subi le traumatisme peut aussi devenir irascible, impulsive, désinhibée ou connaître de lourds troubles de l’humeur. Ce sont là les séquelles communes, mais, en fonction de la personne, elles peuvent différer si le traumatisme n’est pas traité.

Comment réagir face à un traumatisme crânien ?

Le traitement d’un traumatisme crânien dépend de la récupération des fonctions cognitives et cérébrales potentiellement endommagées par le choc. Lorsqu’il s’agit de troubles psychiques ou psychomoteurs, une rééducation fonctionnelle peut être envisagée. Des études sont en cours pour savoir si les médicaments dopaminergiques peuvent faciliter cette rééducation. Il existe également un traitement anti-œdémateux à base d’ACTH, de corticoïdes et de synacthène. Certains médecins préconisent parfois une mise sous sommeil artificiel afin de laisser le temps aux cellules de se réparer.

De toute manière, il est essentiel de surveiller l’état de conscience de la personne pendant au moins 24 h. Cela peut se faire par le biais d’un scanner, un électroencéphalogramme ou une imagerie par résonance magnétique. Autrement, il faut avoir recours à une intervention chirurgicale si la personne est tombée dans le coma, afin d’évacuer les hématomes par drainage. Si le coma est profond d’emblée, c’est un traitement médical de réanimation qui est nécessaire.

En conclusion…

Nous avons donc vu quelles étaient les caractéristiques principales du traumatisme crânien. Ce dysfonctionnement peut apparaître suite à de nombreuses situations de choc et se manifeste différemment selon les personnes. Il est essentiel de bien l’identifier et de réagir efficacement face à une telle situation. Cela en dépend de la santé, car dans le cas contraire, les conséquences peuvent s’avérer très graves.